Comprendre les coûts d’une ventilation mécanique contrôlée double flux

Dans cet article, je vous explique tout sur les coûts d’une ventilation mécanique contrôlée double flux. Je vous explique notamment comment estimer le coût d’installation et d’exploitation de ce type d’installation. Je réponds ensuite à vos questions principales et reste à votre écoute pour continuer d’échanger dans la section des commentaires.

Avant de répondre à ces différents points, voici une vidéo explicative des flux d’air qui va vous éclairer :

Coûts d’une ventilation mécanique contrôlée double flux : investissement

Le coût d’investissement moyen d’une installation de ventilation double flux, ramené à la surface utile, est compris entre 45 et 60 € HT/m².

En effet, l’écart de prix se justifie la plupart du temps par le(a):

  • modèle ou la marque de l’équipement ;
  • type d’installation (neuf ou rénovation) ;
  • type de logement (maison ou appartement) ;
  • superficie d’installation ;
  • difficulté du chantier ;
  • tarif horaire de l’artisan.

Vous pouvez bénéficier d’aides en installant une VMC double flux. Les travaux devront cependant être réalisés par un professionnel Reconnu Garant de l’Environnement (RGE).

Coûts d’une ventilation mécanique contrôlée double flux : exploitation

Energie

Le coût d’exploitation annuel d’une installation de ventilation double flux se divise en deux parties :

  • d’une part, le moteur des ventilateurs représente 0,20 à 0,60 € HT/m²;
  • d’autre part, le chauffage de l’air neuf proprement dit, représente entre 1,50 et 2,30 € HT/m².

Maintenance

Le coût annuel de la maintenance est compris entre 600 et 1 200 € HT, par centrale de traitement d’air.

Durée de vie

La durée de vie d’une installation de ventilation double flux correctement entretenue est équivalente à celle du bâtiment, sachant que la centrale de traitement d’air doit être remplacée, généralement, au bout de 20 ans.

Avantages d’une ventilation double flux

Comparativement à un système de ventilation simple flux, la qualité de l’air et les économies sont évidentes comme on peut le voir sur ce schéma.

ventilation mécanique contrôlée double flux comparée à une ventilation mécanique simple flux

Du point de vue de l’usager

  • Le principal avantage est l’économie d’énergie.
  • Le confort d’une VMC double flux est également indéniable.
  • L’air entrant est, de plus, filtré pour être encore plus pur, ce qui peut être agréable selon votre localisation : vous éliminez ainsi des allergènes comme les pollens, les particules fines, les bactéries, les spores ou les moisissures… C’est un véritable confort pour les personnes souffrant d’allergies et d’asthme.
  • La VMC double flux est également moins bruyante que la VMC simple flux qui nécessite des entrées d’air donnant sur l’extérieur et pouvant laisser passer les bruits de votre environnement.
  • Les mauvaises odeurs sont mieux éliminées.

Du point de vue du gestionnaire

  • L’humidité est totalement éradiquée ce qui renforce la durée de vie de votre bâtiment et les frais d’entretien.

Du point de vue de l’investisseur

  • Elle est compatible avec le principe de puits canadien pour une économie d’énergie encore plus grande et un excellent rafraîchissement en été.

Inconvénients du choix d’une ventilation mécanique contrôlée double flux

Du point de vue de l’usager

Les inconvénients vus par l’usager, pour les installations défectueuses sont :

  • les éventuels mouvements d’air si l’on est très proche des bouches de soufflage ou si le modèle mis en œuvre n’est pas adapté ;
  • le bruit produit par le mouvement de l’air au niveau des bouches de soufflage ;
  • le bruit en provenance de la centrale de traitement d’air et transmis par les conduits ;
  • les éventuels ponts phoniques entre locaux, créés par les conduits de ventilation ;
  • la mauvaise qualité de l’air insufflé si la filtration n’est pas suffisante ;
  • les variations de température de l’air soufflé si la régulation n’est pas adaptée.

Du point de vue du gestionnaire

Les inconvénients vus par le gestionnaire sont :

  • l’entretien des installations ;
  • la mauvaise utilisation, en particulier, les obstructions « sauvages » des bouches ;
  • la mauvaise qualité de l’air si la maintenance n’est pas correctement assurée ou si la filtration n’est pas suffisante ;
  • l’entretien du matériel exposé aux intempéries.

Du point de vue de l’investisseur

Les inconvénients vus par l’investisseur sont :

  • le coût global de l’installation ;
  • les pertes de surface utile par la présence du double réseau de conduits aérauliques ;
  • la nécessité de prévoir des locaux techniques, si les centrales de traitement d’air sont placées dans le bâtiment ;
  • les accès et les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des travailleurs, quand le matériel est installé sur la toiture-terrasse.

 

FAQ – Réponses aux questions les plus fréquentes concernant le budget d’une ventilation mécanique double flux

Dispositions constructives

Ø Faut-il prévoir des dispositions constructives particulières ?

Oui, il faut prévoir :

  • des gaines techniques adaptées en fonction de la section des conduits de ventilation, en particulier, pour les réseaux verticaux ;
  • un local technique de dimensions adaptées pour les centrales de traitement d’air installées à l’intérieur du bâtiment ;
  • un accès à la toiture-terrasse pour permettre l’entretien des installations.

Conception

Ø Les conduits peuvent-ils être de section rectangulaire ?

Oui, mais il faut savoir que :

  • le prix de ces conduits est environ le double de celui des conduits de section circulaire équivalente ;
  • ces conduits sont beaucoup plus difficiles à nettoyer ;
  • la section ne peut pas être trop aplatie, le minimum acceptable étant un rapport largeur sur hauteur de 3 sur 1, l’optimum étant de 2 sur 1.

Ø Les conduits souples peuvent-ils être employés ?

Oui, mais leur usage doit être limité à des longueurs d’environ 50 cm et leur mise en œuvre doit être effectuée avec soin (ni aplati, ni perforé, par exemple). De plus, les conduits souples doivent avoir un classement de résistance et de réaction au feu M0 ou M1.

Ø Les réseaux de ventilation doivent-ils être isolés thermiquement ?

Oui ! dans certains cas, conformément à la réglementation, quand :

  • les conduits véhiculent de l’air neuf soufflé, réchauffé ou rafraîchi, dans les parties situées entre le dispositif de chauffage ou de rafraîchissement et la limite du local où a lieu le soufflage ;
  • les conduits véhiculent de l’air soufflé ou repris avec dispositif de récupération, dans les parties situées à l’extérieur du volume chauffé et entre le dispositif de récupération et la limite des zones chauffées du bâtiment.

Ø Faut-il prévoir une conception spécifique pour les habillages des conduits ?

Oui, il faut prévoir des trappes, sur les gaines techniques notamment et les plafonds suspendus non démontables, afin de permettre l’accès à celles situées sur les conduits pour leur nettoyage.

Gestion

Ø Faut-il prévoir une gestion spécifique ?

Oui, il faut prévoir, selon les cas :

  • l’arrêt des installations pendant toutes les périodes d’inoccupation ;
  • un soufflage et une extraction à petite vitesse (correspondant au débit moitié par rapport au débit nominal) pour les périodes où l’occupation des locaux est faible ;
  • un système de variation de vitesse sur le soufflage et l’extraction, en fonction du taux d’occupation.

Ø Existe-t-il une température minimale et une température maximale pour le soufflage ?

Oui, pour des raisons exclusivement de confort, il est déconseillé de souffler de l’air à une température inférieure à 17°C et supérieure à 30°C.

Maintenance

Ø Faut-il vraiment prévoir des actions spécifiques de maintenance pour ces installations ?

Oui, il faut prévoir :

  • le remplacement régulier des filtres (la fréquence peut varier de 2 mois à 6 mois en fonction de la situation du bâtiment) ;
  • le contrôle du fonctionnement, en particulier, pour les ventilateurs et les régulateurs des batteries.

Ø Les conduits de soufflage et d’extraction doivent-ils être nettoyés ?

Oui, le règlement sanitaire impose que les réseaux de ventilation (soufflage et extraction) soient nettoyables et son renforcement est probable dans un avenir très proche. Par conséquent, ce nettoyage devra être effectué avec une fréquence entre 5 et 10 ans. Cependant, si la filtration au soufflage est efficace et bien entretenue et si l’air vicié n’est pas pollué de façon anormale, cette fréquence peut être espacée.

Conclusion sur les coûts d’une ventilation mécanique contrôlée double flux :

En résumé, une ventilation mécanique contrôlée double flux offre deux grands avantages. Il s’agit notamment d’économie d’énergie et d’amélioration de la qualité d’air. Le principal inconvénient réside dans son coût d’installation global qui reste élevé.

J’espère que cet article vous a aidé à y voir plus clair sur ce sujet et je reste à votre écoute pour en parler ! N’hésitez pas à poster un commentaire ci-dessous ou à prendre un rdv avec moi pour parler de votre projet.

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.